Message Du Conference Episcopale D'Haiti

Robert Benodin - April 17 2008, 4:26 PM

CONFERENCE EPISCOPALE D'HAITI
CEH

MESSAGE DU PRESIDENT DE LA CONFERENCE

EPISCOPALE D'HAITI

A LA SUITE DES EVENEMENTS SURVENUS

DURANT LA SEMAINE DU 7 AVRIL 2008

A TRAVERS LE PAYS

DOCUMENT OFFICIEL DE L'EGLISE

11 Avril 2008
Tous droits réservés

Chers auditeurs, auditrices et internautes, nous vous saluons au nom de la Conférence épiscopale d'Haït (CEH).

Elle a été très touchée par la cherté de la vie, par la faim, les manifestations et même des vagues de violence suscitées par l'effervescente situation générale du pays de la semaine du 7 avril 2008. La CEH vient dire à chacun et à chacune, par la voix de son Président, Mgr Louis Kébreau, sa compassion, son réconfort et le devoir d'éviter à tout prix la violence, source de nouveaux conflits.

Le droit de manifester et de transmettre ses revendications s'accompagne toujours du devoir impérieux de protéger les vies et les biens, de respecter la loi et de protéger l'environnement.

Dans cette situation les responsables sont encore plus sollicités à chercher et à trouver ensemble des solutions pratiques et efficaces à court, moyen et long terme, car le plus grand patrimoine de notre pays, c'est la vie ; et aucun sacrifice ne peut être épargné pour la conserver et contribuer à son épanouissement.

Chers Compatriotes,
Haïtiens, Haïtiennes, mes Frères et S"urs,
Chers amis de notre Peuple,

1. La situation générale de pauvreté et de misère du peuple haïtien vient de provoquer une crise aigue jusque-là inconnue dans le pays. Une grande partie du peuple acculée par la détresse et par la faim a exprimé sa révolte et son désespoir au moyen de manifestations et des actions qui ont pris une tournure violente, dans beaucoup d'endroits.

2. La Conférence Episcopale d'Haïti (CEH) soucieuse du bien-être de l'homme se fait proche de l'homme haïtien dans sa souffrance d'aujourd'hui. « Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n'est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur c"ur » (Gaudium et Spes No. 1).

3. Elle partage la douleur des pauvres et de toutes les familles éplorées qui ont vu les leurs emportés par cette vague de violence qui a ébranlé jusque dans ses fondements la base de la jeune démocratie haïtienne.

La CEH condamne la violence quelle qu'elle soit, parce que la violence est source de conflit et qu'elle ne peut en aucune manière résoudre nos problèmes.

4. La CEH éprouve la nécessité d'adresser un message de réconfort et de compassion à toutes les victimes des récents événements tragiques survenus partout dans le pays, témoignant à chacune de ces familles sa solidarité et sa proximité spirituelle.

5. A ce tournant décisif de notre histoire, si lourde de dangers pour l'avenir du pays, la CEH exhorte tous les secteurs à faire preuve de patriotisme, de sagesse et de sens des responsabilités et à chercher l'intérêt général de la nation.

6. Il y a des appels à la solidarité que nous encourageons de toute notre force et qui doivent s'amplifier.

Il y a aussi des valeurs d'entraide, de générosité, de partage que nous devons cultiver particulièrement dans ces moments difficiles.

7. La CEH demande aux autorités de l'Etat de bien cibler la question urgente de la faim et de fixer des objectifs prioritaires pour la résoudre avec des échéances claires et précises, à court terme, à moyen terme et à long terme.

8. La CEH rappelle que si le droit de manifester est sacré, ceci n'autorise personne à porter atteinte à la vie et aux biens d'autrui.

En ces sens, il est du devoir de ceux qui sont responsables de l'ordre public de protéger les vies et les biens et de sanctionner ceux qui enfreignent la Loi.

9. L'organisation des manifestations pacifiques et légitimes ne peut aucunement devenir un lieu de provocations, d'actes de vandalisme, au gré des passions à travers l'infiltration d'agitateurs et de manipulateurs intéressés.

10. En outre, la CEH dénonce l'utilisation et le détournement des mineurs par certains secteurs à des fins répréhensibles et malhonnêtes.

11. La CEH consciente du problème auquel s'exposent les jeunes quand ils se font manipulés et instrumentalisés, fait appel aux parents, aux éducateurs (trices), aux leaders des quartiers, de travailler à promouvoir une vraie éducation à la citoyenneté permettant à ces jeunes de devenir d'honnêtes citoyens qui respectent le patrimoine culturel et national.

12. Nous faisons nôtre le message du Pape Benoit XVI qui: « demande au Seigneur de mettre au c"ur de tous les haïtiens, notamment des personnes qui ont une responsabilité sociale le courage de promouvoir le changement et la réconciliation, afin que tous les Haïtiens aient des conditions de vie digne et qu'ils bénéficient de l'accès aux biens de la terre dans une solidarité toujours plus grande...

A la communauté internationale le Pape demande de poursuivre et d'intensifier son soutien au peuple Haïtien, pour lui permettre de prendre toujours davantage en main son avenir et son développement.

»

13. Haïtiens, Haïtiennes, l'heure n'est plus à la division et à l'exclusion.

C'est le moment de nous poser la question: Quel engagement voulons-nous prendre en tant que citoyens, vis-à-vis de notre nation en danger, pour établir un climat de paix et de sérénité, dans un nouvel esprit de confiance, de solidarité et de respect mutuel?

14. C'est le moment d'unir nos forces comme le veut notre devise nationale: « L'union fait la force » pour récupérer notre identité nationale en cherchant ensemble dans la vérité, la justice et l'amour, les voies qui doivent nous conduire à l'édification d'une nouvelle société dont nous serons nous-mêmes les artisans.

15. Que Notre-Dame du Perpétuel Secours nous donne l'audace de répondre généreusement à ce grand rendez-vous de l'histoire afin que renaisse de ses cendres notre pays et que notre peuple retrouve le goût de vivre dans une Haïti où l'on se sente fils et filles d'une même patrie.

Donné à Port-au-Prince, au Siège de la Conférence Episcopale d'Haïti, le samedi 12 avril 2008.

Monseigneur Louis Kébreau, sdb
Président de la Conférence Episcopale d'Haïti CEH

Return to Message List