massacres escadrons de la mort: fraph

Phillipe2 - May 29 2008, 5:04 PM

Régime militaire: Régime de facto: 1991-1994.

Ce régime s'appuie sur des « escadrons de la mort » paramilitaires appelés FRAPH qui conduisent, aux côtés de l'armée, la plupart des exécutions et des persécutions contre les chimères et partisans d'Aristide Lavalas.

Le
nombre total de victimes de ce régime militaire, qui dure trois années, varie (à 10 000 gens) Les observateurs remarquent que les pauvres constituent la cible première de la répression, avec occasionnellement quelques personnalités de la classe moyenne telles que le Ministre de la Justice d'Aristide, Guy Malary, ou l'homme d'affaire Antoine Izméry, assassinés par les paramilitaires.

En 1995, une fois la constitutionnalité et la démocratie restaurée, la Commission de Vérité et de Justice mène une enquête approfondie sur les crimes et violations de droits de l'homme commis durant ce régime et publie, en 1997, un rapport détaillé.

Le Ministère de la Justice, aidée par diverses
organisations internationales de droits de l'homme, dont la MICIVIH, la mission conjointe des Nations Unies et de l'OEA, et le Bureau International des Avocats, a instruit plusieurs actions contre des individus responsables de meurtres et autres violations de droits de l'homme durant cette période.

La majorité des responsables cependant n'a pas été inculpée. Le fondateur et chef des FRAPH, Emmanuel Constant, connu comme « Toto » Constant, vit en exil aux États-Unis.

m Le leader de la junte au pouvoir, Raoul Cédras, vit au Panama.

Les archives des FRAPH, qui permettraient de fournir de nombreuses données sur les exécutions commises pendant cette période, demeurent en possession du gouvernement américain, qui a refusé, jusqu'à présent et malgré les pressions constantes des organisations de droits de l'homme, de les restituer au Ministère Haïtien de la Justice.

* (Commission Nationale de Vérité et de Justice, 1997; Americas Watch, 1991)

Return to Message List

Comments

Phillip2 says...

1991,1-2 octobre: Martissant, un quartier de Port-au-Prince, pendant deux jours des soldats et des attaches... more »