La vrai revolution politique, economique sans le mensonge populiste

< Previous | Home | Next >

Pas de Changement ou ni Révolution politique, économique accompagné du mensonge populiste.

Comment pourrait-il parler de la vraie révolution politique, économique dans le mensonge social chronique et la fois populiste.

Pendant que chaque un individu se bat indistinctement pour gagner leur avenir personnel et familial en détruisant le bien commun national.

Chacun cherche à faire l'autre de se servir de l'escalier pour gravir le sommet qu'il voudrait à y parvenir.

Tout le monde est innocent dès qu'il est hors du pouvoir politique.

Tout le monde est révolutionnaire réactionnaire, activiste politique, menteur professionnel lorsqu'il critique le gouvernement sans dire à la masse populaire les vrais problèmes que confrontent l'Etat d'Haïti depuis sa fondation.

Pourquoi la masse populaire n'avait jamais bien imbus que Jean Jacques Dessalines est tué parce qu'il voulait mettre l'ordre d'Administration Publique et d'avoir d'une justice sociale dans l'équité.

Il est clair que l'Etat
Haïtien est toujours pris en otage par les assassins de Dessalines, accapareurs de la grande partie de la richesse nationale, les importateurs pratiquant l'esclavage moderne dans le chômage déguisé.

Via une Haïti orpheline, remplie de brouettier et de mendiants des rues. Sans écarter les plus riches, il parait que qu'ils sont des mendiant professionnels au premier degré à l'échelle nationale et internationale, parce que tant qu'ils sont plus riches sont de jour en jour plus affamés que les gens de la masse populaire.

Cela est bien visible pour tout le monde de constater sans difficulté à travers les aides internationales qui sont entrain de vendre dans partout du territoire national sur le marché public et travers les rues, une situation révoltante, intenable, répugnante par contre le gouvernement est tout à fait impuissant pour produire leur réaction il faut face ce tohu-bohu national-international social.

Tout le monde tente à faire passer l'Etat comme complice de la communauté internationale, le monstre social, en l'occurrent, c'est toujours le chef de l'Etat, l'agent du sous-développement, de la misère et la faim populaire.

Entretemps chacun cherche se bat quotidiennement pour trouver un petit emploi même temporaire au sein des ONG pour continuer à nourrir la misère au sein de la masse dans la maintenance des ghettos qui constitue principalement le réserve de la ressource du banditisme social.

Ces gens là qui seront toujours offerts en sacrifice après chaque évènement politique tragique, coup d'Etat, exile et danses les manifestions, ils ne seraient jamais à l'abri des violences policières là où ils se trouveraient, ils ne sauraient pas épargnés par les forces de répression, les marchands de la mort national ou international.

Pourtant quand on veut capoter le pouvoir on les faire appel à eux pour investir le salon du peuple sans attendre de rien en retour si ce n'est de négocier des castres sur ses dos des esclaves suisses modernes.

Nous demandons à des révolutionnaires réactionnaire, obsédés du pouvoir basés sur des simples prétentions économiques personnelles pour faire valoir ses actions et ses intérêts sans jamais dans leurs c"urs à comprendre faire vivre la classe vulnérable haïtienne à connaitre de jours meilleurs.

Cessons nous d'user l'ignorance de la masse populaire haïtienne des manifestations de rue de dire: « Vive un et ou abas un tel ».

Commençons-nous par les éduquer et à développement des moyens pour que le gens puissent travailler pour des salaires raisonnables pour assurer l'avenir de leurs enfants dans le progrès et du bien commun national.

Nous ne pouvons pas fonder un Etat, Une Société, une Nation, sur uniquement l'aide internationale, sur l'importation, l'amie du sous-développement et du chômage, ça, c'est de l'hypocrisie socioéconomique, contre nous-mêmes, contre l'Etat, la Nation et la Société toute entière sans exclusion d'aucune classe sociale tout le monde en payera cette conséquence affreuse.

L'Etat ne compte que sur sa Nation pour lui rendre fort économiquement, c'est l'élément essentiel qui pourrait protéger la souveraineté nationale tant sur le plan national ou international.

L'Etat n'est pas un magicien né, il ne pourrait compter que sur nos taxes sociales pour refaire la redistribution de la Justice sociale.

Nous cherchons à l'affaiblir ou le corrompre quel espoir pour les pauvres démunis et les indulgents.

C'est sur que l'Etat haïtien a déjà fait trop de bêtise à travers toute notre Histoire mais il nous faut le relever parce que c'est un devoir pour les Haïtiens et Haïtiennes de faire Haïti reste vivante sur cette planète et personne n'aurait faire ce cadeau.

Quand nous déclenchons une vaste mouvement contre l'analphabétisme, contre la faim haïtienne ou l'absence de la production agricole haïtienne, contre le mensonge et dénigrement social, contre la rancune entre nous, avoir un esprit de partage et d'amour du prochain, nous serons sur la vraie révolution haïtienne.

L'Etat n'est pas plus chef que la Nation puisqu'il détient un mandat venant directement de la Nation voir le dit chef d'Etat, le représentant de la Nation pourrait-il se comporter comme un super matador social.

Nous disons non c'est du tapage social ou de la démagogie populaire ou la de la désorganisation sociale ou de la tromperie sociale.

Dès que les classes sociales d'un pays ont un genre de comportement pareil le pouvoir politique n'aurait pas d'y prendre au sérieux les revendications de la classe des réactionnaires socio-économique et politiques, d'ailleurs, il savait déjà que nous tous ayons leurs mêmes patrons économiques que sur le plan national ou international.

Hors tout le monde sait celui détient le pouvoir politique a toutes les opportunes de négocier ou de faire des consensus pour protéger les propres intérêts personnels pour rester au pouvoir ou autre là où le système démocratique est encore bancale
Il faut pas continuer à nous se tromper mêmes en faisant croire à la masse populaire que nous aurait la possibilité de trainer un chef d'Etat Haïti devant Justice Nationale ou internationale.

Cela n'était pas pour la Mort des assassins de Jean Jacques Dessalines.

Jean Claude Duvalier en plus en liberté que jamais, Jean Bertrand Aristide n'avait aucun privilège pour traquer ex-général Raoul Cedras et voir pour ester une action en Justice contre lui. Sans même écarter Aristide qui a eu mandant contre lui.
Chat konnen rat konnen sispann fè tapaj antre nou bay mas popilè a yo ti chans ato.
Parlons nous du pardon national vers une Justice au point mort pour tous et pour toutes pour le bien commun national dans l'Union Fait la force pour l'avancement du progrès économique, social, culturel, politique et la réconciliation national.

Si nous connaissons réellement que l'Etat Haïtien a pris naissance avant la Société Haïtienne, mettons nous ensemble aujourd'hui même pour construire la Nation Haïtien une fois pour toute.

Là tout le monde se sent concerner du bien commun national et chacun pourrait se défendre leur intérêt personnel sans avoir l'intention de détruire l'intérêt commun.

En bannissant dans nos esprits que l'union et se mettre ensemble sont toujours plus faciles que de se cohabiter pour les vivre ensemble.

C'est sur que nous n'avons pas même une Société communiste, ni socialiste pour dire que l'Etat serait en mesure de prendre soin de tous ses citoyens et citoyennes haïtiennes.

Par contre nous devons travailler ensemble, main dans la main avec nos autorités haïtiennes révéler l'squelette scoliose de l'Etat Haïti.
Ne sommes nous pas indignés avec la transition de Gérard Latorture qui a conduit le président René Préval au pouvoir en mai 2006, avec l'émeute de la faim Edouard Alexis qui a causé la mort d'un policier haïtien tué par la MINUSTHA, avec la MINUSTHA qui a enfermé dans chars blindés les bandits de l'opération Bagdad pour souiller le symbole de la souveraineté nationale, Palais National, en faisant les négocier avec le Représentant d'un Nation, quand nous assistons que tous nos jeunes existés parce qu'ils ont uniquement des souffres de vie, quand la majorité des Haïtiens vivent quotidiennement dans la mendicité, parce que la République d'Haïti est transformée en bidonville et Ghetto, quand le chef de l'Etat n'est pas devenu même le deuxième chef de la nation, quand la Police national est sur la tutelle de la MINUSTHA sans avoir aucune garantie pour la sécurité publique haïtienne et quand l'exécutif et le parlement renouvelait consécutivement le mandat de la MINUSTHA pendant le Phénomène de Kidnapping est toujours en résonance, quand viendra le temps pour que la justice soit faite aux âmes des victimes comme Jean Léopold Dominique, Père Ti jean, Guy Malary, Jean Ismery, Briyol Lindor, Mireille Durocher Bertin, Jacques Rocher, Pasteur Mones,...?

Ces annotations ne sont pas les actes de l'inconséquence de l'inconstitutionnalité et de l'anti-démocratie.

Ne sommes nous pas trop lâches.

En demandant à la population soulever contre le Président Preval qui voudrait récupérer le reste de son mandat présidentiel, une durée qui n'est pas plus que trois mois entretemps nous voulons le déchouquer pour avoir une période de transition aussi longue qu'auparavant.

Cela veut dire sommes là seulement pour batailler entre nous. Nous acceptons aveuglement toutes les dictées de la communauté internationale sans trop difficulté.

Alors la masse est là seulement pour régler les affaires de la manifestation et les élections ainsi dit: notre sensibilité nationale ne va que pour le respect des mandats électoraux.

C'est le respect des normes constitutionnels et démocratiques, et le respect de l'expression d'opinion.

C'est votre intérêt national, pas cette intérêt là pas aussi d'unité avec la masse populaire.

Mesye nou anraje.

Ce jeu émotionnel ou irraisonné n'aurait pas du lieu aujourd'hui encore.

Il est encore temps que nous fassions appel à la masse dans des manifestions pour résoudre ce problème de la faim qui gangrène notre Société depuis longue date et du chômage qui nous végète dans la misère atroce et à la fois très féroce pour une population très jeune ne sait que faire pour vivre quotidiennement.

Il serait mieux faire des campagnes de sensibilisation au près de nos nationaux pour les porter à se sensibiliser d'investir aussi ici à fin d'avoir des travailleurs à la des consommateurs nationaux, qui se livraient depuis longtemps dans l'importation purement et simplement qui fait d'Haïti un succursale de commerçants étrangers.

Une situation qui nous des purs consommateurs haïtiens.

Pourquoi nous ne faisons pas appel à la masse populaire pour forcer l'Etat à mettre sur pied une de sécurité nationale pouvant garantir la sécurité publique sans que personne n'ait pas d'inquiétude dans nos activités socioéconomiques, culturelles et même politique via les moments électoraux qui sont des époques très délicats qui représentent toujours des intérêts majeurs des groupes sociaux.

Nous devons plus indigner quand la présence des chars blindés qui circulent jours et nuits à travers nos de la République d'Haïti, une situation défaite et anormale qui ne correspond pour le bon fonctionnement de nos enfants traumatisés dans leurs esprits.

C'est jusque là notre indignation nationale doit aller pour soulever la conscience nationale mais pas pour continuer à prendre le pouvoir sous l'occupation étrangère.
Parce que l'élection régulière et l'expression d'opinion ne suffissent pas pour garantir la démocratie nationale et le respect de la Constitution, la conscience nationale réclame plus de sacrifice que cela pour en parler de la Démocratie.

Nous avons qu'une seule alternative c'est créer une façon pour permettre au peuple haïtien de faire au chômage à fin d'améliorer les conditions de vie sociale.

Ou bien nous commençons à construire des forteresses (des grandes prisons) avec des hommes lourdement armés constituant des rebellions pour bloquer la violence future des criminels sociaux.

A l'instar de la présence de la MINUSTHA qui impressionne actuellement la masse souffrante.

Quand la misère aurait atteint son apogée aucune force armée ne pourrait jamais combattre la fureur sociale.

La seule arme préventive pour préserver la Paix Sociale est la Création d'emplois massifs.

Imaginons nous que l'Etat voudrait mettre un peu d'ordre au niveau de l'Administration publique, on aurait tout simplement une bonne gestion dans les affaires politiques nationales concernant les deniers publics et une petite amélioration au niveau de l'investissement dans le Social.

Cela n'aurait pas du changer le gros problème socioéconomique que confronte la grande majorité haïtienne puis l'Etat actuel n'entre pas réellement dans le champ de la productivité, il n'est qu'un régulateur économique, une Situation qui requiert normalement la conscience citoyenne de la Société civile, la partie détenant la masse de richesse nationale, les grands détenteurs des Capitaux qui aurait investi dans la production nationale qui serait une action patriotique ou d'amour du prochain d'une façon pour permettre à la masse qui n' a que leurs forces de travail de bénéficier quelque chose en retour par rapport son courage et son énergie dépensée au sein des industries implantées sur le sol national.

A ce moment l'Etat serait en mesure de fournir de bon servir à la Société Haïtienne en vertu des taxes qu'il aurait dues collecter.

Dans le cas contre la crédibilité politique de nos politiciens serait mise toujours en cause par la masse souffrante ignorée la politique économique des importateurs purs nationaux qui ne ferait que renforcer le chômage et la misère. Quelque la bonne foi d'un politicien il ne pourrait jamais satisfait la revendication de la masse populaire puisqu'il a pris dans un piège automatique de l'égoïsme économique du gain personnel inhumain.

Il n'y a pas de mensonge là dans, d'ailleurs les politiciens ne possèdent que ses savoir faire, ce sont la partie, la plus de la Société civile qui finance toujours en grande partie ses campagnes électorales.

D'où ils ne jouent qu'un rôle intermédiaire entre la masse et la partie bourgeoise.

C'est juste pour dire tant que la bourgeoisie ne voudrait collaborer avec les politiciens qui doivent intercéder pour la masse auprès d'elle, pour qu'elle ait un minimum de pitié pour ses souffrances et ses tragiques misères. C'est une raison en plus qui a fait peur beaucoup des hommes sérieux haïtiens de faire la politique.

Ils savaient déjà après son passage au pouvoir, ils retrouveraient jamais sa personnalité et son indignité sociale face de manipulation et de mensonge de toutes sortes dans un panier rempli d'oranges pourries.

Que la Société Haïtienne, accompagne nous, jeunes haïtiens et haïtiennes d'aujourd'hui à faire une politique saine, sans violence, sans hypocrisie sociale et sans trahison nationale.

Nous avons déjà menti trop entre nous.
Mesye an nou pa bay te tèt nou manti nou konnen ke Ayiti pagenyen vrèman yon pwoblèm politik reyèlman vre. Pou depi nap chanje prezidan ak fè koudeta nan voye prezidan an ekszil.

Sitiyation popilasyon tachanje, Mesye mete travay nan peyi a pou tipèp la sispann pwan boat people pou ale pwan imilyasyon sou lamè e pou reken sispan manje.

Toute chose pourrait être arrivée dans toutes les sociétés désorganisées et qui assoient leur mode de fonctionnement quotidien du le mensonge et la tromperie sociale.

Il arriverait toujours des choses que le c"ur et l'esprit humain ne pourraient pas penser voir à les imaginer entre temps ce serait la monnaie courante sociale dans l'impératif vital.

Joseph Carlos, Ministre des Droits Humains

Joseph Carlos, May 8 2010, 11:06 AM

Start a NEW topic or,
Jump to previous | Next Topic >

< Previous | Home | Next >