is america ready for an african american / a woman

Haitian Priorities Project - July 20 2007, 9:32 PM

PROJET PRIORITAIRE HAITIEN
www.hpp4haiti.com

PUBLICATION IMMEDIATE Contactez: Jacob François 312-735-6071

20 Juillet 2007 Eugenia Charles 301-537-8162

Les Etats-Unis et le Collège électoral seraient-ils prêts d'avoir à leur tête un noir et/ ou une femme comme Commandant en Chef?

PPH recommande instamment au parti démocratique aussi bien qu'à toutes les universités, églises, ainsi que les organismes de bases et le public américain de lancer une discussion nationale sur les relations de races et de genre aux Etats-Unis avant les prochaines élections.

Contrairement à des pays comme Haïti, la Grande-Bretagne, le Canada, le Libéria, les Philippines, l'Inde, la Jamaïque etc., qui ont tous eu à un moment donné une femme à leur tête que ce soit comme Commandant en Chef ou comme Premier Ministre, l'histoire américaine n'a jamais connu une femme ou un représentant de race minoritaire comme président du pays.

Brooklyn, New York.- Le parti démocratique ne fut à aucun moment de son histoire plus porté qu'aujourd'hui à gagner la bataille électorale aux prochaines élections présidentielles.

Après huit ans d'une gouvernance problématique du parti républicain, les Etats-Unis connaît aujourd'hui une dégradation totale de son autorité morale, citons pour exemple le pardon accordé au condamné Scooter Libby, le refus de la Maison Blanche de soumettre son bureau à des enquêtes judiciaires, l'affaiblissement du Congrès, et les deux grandes guerres menées par le Président Bush avec très peu d'appui de son pays et de ses partenaires mondiaux, pour ne mentionner que ceux-là.

Quand le Président Bush prit le pouvoir, les Etats-Unis connaissaient une économie croissante et étaient plutôt aimés et respectés à travers le monde.

Maintenant, nous avons une économie qui tient à peine debout, un taux d'intérêt d'intérêt qui sous la conduite du Président Bill Clinton fut depuis plus de trente ans à son niveau le plus bas et qui maintenant est à son niveau le plus haut sous le régime républicain.

Récemment le Président Bush a déclaré qu'Al Qaeda s'est réorganisé et est devenu encore plus puissant sous le règne républicain.

Une guerre devenue aigre en Irak et en Afghanistan, une escalade de l'engagement de l'administration Bush, quoiqu'Al-Maliki de Nouri, premier ministre irakien ait indiqué que l'Irak peut maintenant assumer sa propre sécurité; jusqu'ici toujours pas une volonté affirmée de l'administration Bush de retirer ses troupes de l'Irak qui font face à toutes les secondes à de grandes menaces.

Compte tenu de tous ces faux pas du côté républicain, le pouvoir va-t-il vraiment changer de mains aux élections de 2008 considérant la mauvaise gérance des affaires du pays par le parti au pouvoir?

Il est vrai que la mauvaise gestion chronique des affaires de la nation par le parti au pouvoir oblige un changement drastique du régime américain; toutefois à Projet Prioritaire Haïtien (PPH), nous ne sommes pas encore certain des résultats.

Les opinions sur les problèmes de race et de genre aux Etats-Unis sont encore versatiles et le peuple américain est réticent à adresser ces préoccupations.

Le fait que les deux coureurs les plus proéminents du parti démocratique soient Barack Obama et Hillary Clinton ne laisse plus le choix aux américains que de considérer le débat de ces sujets tabou.

À PPH nous sommes certain que race et genre auront un impact important sur la tournure des prochaines élections.

Pour que le parti démocratique garde son avance compétitive, nous devons immanquablement lancer une discussion nationale sur les problèmes de race et de genre dans ce pays. L'enjeu est trop grand pour nous d'ignorer à quel point race et genre demeurent un facteur important dans la formation des discussions, des habitudes et de la politique nationales américaines.

Trop de femmes et gens de couleurs demeurent marginalisés par des pratiques discriminatoires aussi bien que dans les représentations politiques et les habitudes.

Le plus inquiétant est qu'une grande majorité des médias américains travaille contre une réforme de race et de genre dans la politique américaine en vue de garder le statut quo en laissant le pouvoir à ceux qui historiquement l'ont toujours eu. Barack Obama quoique étant l'un des candidat les plus qualifiés dans la course présidentielle de 2008, il n'en demeure pas moins qu'on obstine à lui afficher l'étiquette d'inexpérimenté quoiqu'il ait servi au niveau local, au niveau d'état et national de la politique américaine.

La longue et considérable carrière politique de Hillary Clinton en tant que première dame et sénateur se reflètent dans son aisance dans les issues américaines.

Ces qualifications sont-ils suffisants pour contrecarrer les conflits de races et de genre qui paralysent le système américain et couper à travers la rhétorique diffamatoire des conservatives de droite?

Aussi bien que beaucoup de citoyens concernés, PPH croit que le deuxième mandat accordé à Georges Bush ait laissé les Etats-Unis dans un carrefour critique.

Les républicains sont à leur point le plus faible, mais il demeure vital pour le parti démocratique de s'engager dans le dialogue race/genre qui rapprochera l'Amérique de l'idéal que le Dr. Martin Luther King ait visionné: un pays où tout individu serait jugé non pas par la couleur de sa peau ou son genre, mais par le contenu de son caractère. Élire un noir américain et/ ou une femme conduirait l'Amérique plus près de l'histoire des pays où l'esprit humain a prévalu au-dessus des différences de race, de genre, de religion etc.

Les Etats-Unis sont-ils à ce niveau?

Les résultats des prochaines élections présidentielles américaines nous diront exactement où en est ce pays dans ce courant d'idées.

Return to Message List