Resurgence des groupes armes et de l'insecurite!

Gros-morne Gonaives - May 25 2009, 1:10 PM

Comment cela est-il possible que les departements charges d'assurer la securite en Haiti ne s'entendent pas pour offrir des primes aux gens qui sont a la hauteur de denoncer les fauteurs de trouble?

A chaque fois que quelqu'un puisse fournir des renseignements qui permettent de prevenir des actes malhonetes ou de decouvrir certaines conspirations contre la securite dans le pays, il serait encourageant de lui attribuer des recompenses en vue de faciliter l'influx de ces informations.

Il y a trop de gens en chaumage qui, a mon avis, seraient prets a aider en ce sens. Il faut que l'etat haitien sache qu'il existe toujours des solutions.

Il est temps qu'on apprend a utiliser intelligemment le peu de resource a notre disposition pour obtenir des resultats favorables au pays, de nature a brider l'insecurite.

Pour moi l'insecurite est synonyme de misere infinie, exil-force permanent pour la diaspora haitienne, mis a l'ecart de potentiels investisseurs etrangers, fuite insoutenable de devises, degradation de l'environment, vulnerabilite aux intemperies, fuite des cerveaux, frustration,instabilite...

et de sous-development a vie.

Permettez-moi de partager avec vous, chers blggers, cet article tire d'Haiti Press network:
SOCIÉTÉ
Haïti: le premier ministre Michèle Pierre-Louis se prononce contre la résurgence de l'insécurité
Posté le 25 mai 2009

"La police est mobilisée, des consignes strictes ont été passées" a sorti Mme Michèle Pierre Louis vendredi dernier lors d'une réunion spéciale du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) qu'elle présidait.

En effet, le premier ministre haïtien appelle les autorités à faire confiance aux forces de l'ordre.

Déterminée à contenir une résurgence des actes de violences dans la zone métropolitaine, le chef du gouvernement veut assurer que les forces de l'ordre adopteront les dispositions nécessaires pour endiguer la violence.

Mme Pierre-Louis a aussi condamné les tentatives de réorganisation des groupes armés dont la police a empêché l'émergence de trois d'entre eux, selon le président de la Commission Nationale de Désarmement Démantèlement et Réinsertion (CNDDR), Alix Fils Aimé.

Celui-ci a soutenu qu'il est impossible, à l'heure actuelle, à un groupe armé de contrôler un quartier de la capitale ou d'une ville province.

Rappelons, en effet, que deux groupes armés ont été démantelés aux Gonaïves la semaine dernière. Après une course poursuite sur la route de Frères, deux individus ont été aussi arrêtés (suite à une attaque sur une femme) par une patrouille policière, dimanche dernier.

MJB/Haiti Pess Network

Return to Message List