Haiti morally bankrupt: A qui la faute?

< Previous | Home | Next >

A qui la faute?

Que fait un mineur de quatorze ans dans les rues de Port-au-Prince à 11h00 du soir?

Semble-t-il que le chemin qu'il prend n'est pas celui qui mène à la maison?

A qui appartient la cigarette allumée entre ces doigts?

C'est l'histoire des banlieues, victime de la famine, de l'analphabétisme, de l'ignorance professionnelle, et du désordre familiale.

Je suis un habitant du Bel-air. Je suis un révolté.

Je ne vais pas vous ennuyer avec ma misère, et je peux encore me battre, contrairement à ceux qui n'ont plus d'espoir.

Au Bel-air actuel, les hommes se prostituent entre hommes, pour nourrir leurs foyers.

Les dames mariées se couchent contre leurs grées, pour gérer un travail mal payé.

Rien ne se fait pour le plaisir, dans les banlieues.

Même lorsque les jeunes vont dans les animations de quartier, c'est afin de pouvoir manger, au bénéfice de leurs culs.
Mais où sont les parents de ceux qui ne sont pas majeurs?

Où sont les parents de la petite Cassandra, âgée de quatorze ans, qui se défile avec sa bande de mineurs, et qui entre chez-elle tous les jours après 2h00?

C'est Cassandra qui s'occupe de sa grand-mère, de son petit frère de dix ans, et de son oncle de trente cinq ans. Tous les trois mois, sa maman change de copain.

Une fois, elle a partagé le copain de sa maman avec elle. Depuis, elle vit chez sa grand-mère. Et c'est elle qui apporte de l'argent à la maison.

Que dire de Jordanie qui se met au service du voisinage afin de pourvoir manger?

Il est entre neuf et onze ans. Tous les matins, il passe chez les gens, pour les travaux domestiques.

Espérant un peu d'argent, ou pour la plupart du temps, un repas chaud.

Tous les soirs, même si ses yeux ne peuvent plus, il est obligé d'aller dans l'animation de quartier, pour pouvoir souper les restes des fêtards.

Eunide: demoiselle de dix-sept ans, s'est vanté, la semaine dernière, de commencer à baiser à l'age de huit ans. Elle ne couche plus avec les enfants de son age depuis l'age de onze ans. Sa maman est à l'étranger.

Elle ne baise pas pour de l'argent.

Son copain a vingt sept ans. Quand bon leur semble, ils vivent en concubinage.

Cela ne dérange pas son oncle qui a le même age que son copain, encore moins sa grand-mère.
Au Bel-air, les jeunes ne croient plus en l'éducation civique.

Les hommes à main armée réussirent leurs vies plus facilement que ceux qui restent à l'école.

Et les filles se le disent ouvertement, qu'elles ont les culs de gangsters.

Alors, pas besoin d'aller à l'école pour se faire du fric et de meufs.

Dans ce qu'ils appellent l'animation de quartier, il y a un passeur de CD (que je n'appelle pas DJ.), des stripteaseuses qui font l'amour sur scène, des défis entre lesbiennes à relever pour de l'argent, et la consommation de la drogue en pleine rue. Souvent, ce genre de programme se termine par des règlements de compte.

Mais ce qui est courant dans le quotidien de ces jeunes, c'est l'agression de la fille pour que son partenaire la frappe.

Eunide raconte à une amie de son age: « Tu sais quoi, Chantal: si tu vis avec un homme, tu vois qu'il ne te frappe jamais, sache qu'il ne t'aime pas. »
Un déporté des Etats-Unis a permis a ses amis de coucher avec sa copine.

Il l'a intégré dans une base de lesbienne.

Il la baise dans le cul. Il la drogue.

Il la frappe tous les soirs, avant de dormir.

Personnellement, on dirait qu'ils trouvent du fantasme dans tout cela.
La fille de dix-sept ans se croit être amoureuse.

Elle raconte à ses amies combien ce déporté l'aime.

Concluant qu'à chaque fois qu'elle parte, celui-ci va la chercher.

Une amie m'a dit un jour, une adulte de vingt six ans: « Tu sais quoi, Edcher, quand on vient de faire l'amour avec quelqu'un qu'on aime, on se sent transporter.

On ne voudrait pas aller se baigner, pour ne pas se séparer de l'odeur, ni de la chaleur de cette personne.

Mais quand c'est la circonstance de la vie qui oblige, on est impatient de terminer.

Et de se diriger sous la douche.

»
Pourquoi couche-t-elle avec des hommes qu'elle n'aime pas?

Elle a terminé ses études classiques, elle est diplômée en technique douanière, elle n'a pas d'enfant, sa maman s'occupe bien d'elle, et elle semble avoir un copain qui l'aime.

Pourquoi faut-il qu'elle couche avec des hommes qu'elle n'aime pas?

Le sexe a démasqué les institutions dites morales.

Les pasteurs baisent avec leurs fidèles, les directeurs d'école couchent avec leurs élèves, les prêtres pédophiles font le pédéraste avec les enfants de c"ur de l'église.

Quand les parents ne se donnent pas le temps de parler avec leurs enfants, ceux-ci sont largués à eux-mêmes. Alors que ces obsédés sexuels ont des moyens convaincants pour arriver à leurs fins. Ils ont du temps, de l'argent, de la réputation, et de la connaissance.

Comment dire non, quand on a faim?

Pourquoi dire non, si on ne sait pas ce qu'on a rien à perdre?

En somme: l'absence des parents à la maison encourage cette jeunesse dépravée a exploré l'autre face de la société.

N'ayant aucun respect pour les cadres, pas de respect pour les valeurs, pas de respect pour la vie.
Le Bel-air que j'ai grandi préparait ses enfants à vivre partout sur la terre.

La faim était toujours là.

L'éducation était toujours segmentée. Les maris n'étaient jamais à la maison.

Mais la délinquance n'était pas à ce niveau: Coucher avec une fille, peu importe son age, pour vingt cinq gourdes?

Tuer son frère pour son héritage?

Promettre à sa maman de la tuer le dimanche de la fête des mères?

Faire le pédéraste pour se payer un bal?

Non, il n'était jamais ainsi.

A qui la faute?

A l'enfant qui s'est aventurées trop jeune dans les affaires des grands?

A la mère qui était trop occupé à faire du fric?

Au papa qui n'est jamais au foyer?

A l'état qui n'a aucun programme en faveur de ces jeunes?

A l'insensée qui profite de la misère pour abuser des autres?

Une fois, j'ai été au Champs de mars, parmi les chômeurs qui se discutent de tout et de rien. Vers les 19h30, je fais volte de face, en direction de chez-moi. Au cours de route, j'ai croisé une jolie demoiselle de couleur achetée. Elle m'a appelé par mon nom, elle m'a rappelé que nous étions rencontré dans un séminaire de dix jours qu'organisait le Centre Culturelle « Pye Poudre ».

Elle m'a demandé ce que je fais de bon, est ce que j'ai des enfants, où est ma femme?

C'était dans une atmosphère de rire, que la fille s'est invitée à aller chez-moi. Je lui ai dit que je ne la conseillais pas. Elle m'a demandé pourquoi?

Je lui ai dis que je la baiserais toute la nuit, si elle allait chez-moi. Je m'attendais à un mauvais regard, ou quelques mots déplacés. De préférences, elle m'a demandé combien je pouvais faire en une nuit?

A parler franc, j'ai enduis que cette dernière n'avait pas d'argent pour entrer chez-elle.

Elle a une enfant de cinq ans qui l'attend probablement faim à la maison.

La plupart du temps, c'est ce qu'elle fait pour vivre.

Pour elle, et pour sa fille.

Je lui ai donné de l'argent et mon numéro de téléphone au besoin.

La faute est à vous, parents.

Vous ne devriez pas enfanter, si vous ne vous sentiez pas prêt à assumer l'éducation civique de vos enfants.

A apprendre à vos enfants les bonnes manières. Comment se comporter en publique.

Comment faire du fric en conservant son caractère. Comment sauvegarder sa personnalité.

Une enfant de treize ans vient de poignarder une autre de même age qu'elle, pour son mec. Celle-ci n'a pas honte de gronder en présence de sa maman, que le pénis qui lui pénètre ne doit pas partager à une autre.

Treize ans, à peine !
L'église, a-t-elle fait son travail à ce sujet?

Comment sont les jeunes qui sont à l'église?

Eh bien, ils baisent pour la même cause que les autres, ils sont dans le piratage, ils commettent des actes malveillants, comme n'importe qui.
Dimanche 16 novembre 2008, la famille de la petite Alicia, âgée de dix ans, accompagnée d'une patrouille policière, a attendu la messe terminée, à l'église de Dieu en Jésus-Christ, située à la rue des Fronts-forts, pour procéder à l'arrestation de frère Emile, âgé de trente sept ans, accusé de détournement de mineurs.

Mais n'y a-t-il pas des cours de savoir vivre, à l'école?

Est-ce que les élèves n'ont pas un profil de professeur ou de directeur à copier, ou est ce que c'est cela le profil de l'éducation en Haïti?

Le sexe, la drogue, les armes à feu, le hip-hop, ce sont ce que les banlieues offrent aux jeunes actuels.

Protégez vos enfants contre ces microbes en leurs accordant votre assistance, vos conseils, et votre autorité.

**This is what decades of looting the government coffers, instead of creating jobs, schools, facilitating commerce, and providing an education to children and adults can do to the citizens of a country.

Some of the diaspora who lost friends and family through government murder are saying that :"they deserve to suffer for their voudou crimes against God and their crimes against humanity"!

Diaspora, April 2 2009, 1:48 PM

Start a NEW topic or,
Jump to previous | Next Topic >

< Previous | Home | Next >

 

Messages in this topic

My... My.. My...Tu me rappeles d'un professeur de litterature don't j'avais en classe de rethorique dans la communaute... read more >
Jean-esdrace Germain Charles, 5-Apr-09 12:25 am

 

< Previous | Home | Next >